Rechercher

Changement climatique : la compensation carbone,une solution efficace ?

Avant propos:


Vous souhaitez passer à l'action ? Viridi vous propose de planter des arbres. Une solution de compensation qui a l'avantage d'être peu coûteuse et naturelle. Reprenez la responsabilité de vos émissions, choisissez d'agir concrètement pour la planète. Faites planter des arbres !




Les scientifiques alertent depuis plusieurs décennies. Les médias en parlent de plus en plus. Les politiciens prennent peu à peu conscience de ses enjeux.


Le réchauffement climatique.


Une expression aujourd'hui sur (presque) toutes les lèvres, ou au moins rangée dans un coin de toutes les consciences. La protection de l'environnement est le défi de notre siècle.


Face à l'accumulation des gaz à effet de serre, politiques et scientifiques proposent non seulement de diminuer nos émissions, mais également de les compenser.


La compensation carbone, qu'est-ce que c'est ? Est-ce efficace ? Nos explications pour que vous compreniez mieux.


La compensation carbone, kesako ?


La compensation carbone volontaire est une démarche dans laquelle un particulier, une collectivité ou une entreprise choisi d'investir dans un projet de réduction ou captation de gaz à effet de serre, en vue de contre-balancer ses propres émissions.


Concrètement, comment ça marche ?


Le principe de compensation est basé sur l'hypothèse selon laquelle les émissions de gaz à effet de serre ont le même effet sur le climat, quel que soit le lieu de rejet ou de captation (1). Ainsi, planter des arbres, même dans une autre région du monde, a un impact global sur le climat. Tout comme nos émissions ont un impact global, d'ailleurs.

Ensuite, tout est basé sur une simple soustraction. On évalue les émissions que l'on souhaite compenser, on calcule le potentiel de captation du projet dans lequel on souhaite investir et on cherche l'équilibre entre les deux. L'entreprise ou le particulier devra donc investir jusqu'à ce que le projet ait évité autant de carbone qu'il y a à compenser.

Pour cela, on suppose qu'éviter des émissions (en remplaçant du charbon par des panneaux solaires par exemple) équivaut à absorber ces gaz. Comme si on les retirait de l'atmosphère.


La neutralité carbone suffit-elle ?


On parle de plus en plus de neutralité carbone. À première vue, cela parait très positif. On ne rejette plus de gaz à effet de serre ? Génial !


C'est en réalité plus complexe que ça. En effet, la neutralité est atteinte après avoir compensé ses émissions. Cette solution doit donc faire partie d'une démarche globale. Elle doit être entourée d'un ensemble d'actions pour réduire son impact environnemental.


En effet, il serait contre-productif de se reposer sur la compensation carbone et de ne rien changer à côté ! D'abord, parce qu’il est indispensable de prendre la responsabilité de ses actions. Je pollue donc je fais l'effort de changer.


Ensuite, parce que cette démarche ne prend en compte que les émissions carbones et le réchauffement climatique. Pas l’utilisation de ressources ou le rejet de déchets dans les milieux naturels. C'est pourquoi il est nécessaire de mettre en place une multitude d'actions écologiques qui s'additionnent.


Finalement, la compensation carbone ne remplace pas un mode de vie écologique, elle le complète.


Le cercle vertueux de la compensation.


Ainsi, si vous souhaitez utiliser la compensation carbone dans un cercle vertueux, commencez par faire un bilan de vos émissions et habitudes polluantes. Ensuite, prenez le temps de changer vos habitudes, progressivement. Modifiez vos modes de consommation et de déplacement, limitez votre production de déchets ou l'utilisation de la voiture par exemple. En parallèle, compensez vos émissions pour vous laisser le temps d'agir sans réchauffer la planète. À la fin du processus, il ne devrait rester que des émissions incompressibles, c'est à dire les émissions que vous n'arrivez pas à éviter, mais que vous compensez.


Bien qu'elle permette des rejets de gaz à effet de serre, la neutralité carbone est une promesse alléchante.


C'est une solution très facile : un simple abonnement ou un investissement vous permet d'agir concrètement. Il ne faut certes pas s'en contenter, mais il serait dommage de s'en priver ! Au contraire, pourquoi ne pas profiter de la compensation pour se donner le défi d'atteindre un bilan d'émissions négatif ?


Les projets utilisés pour compenser:


Les différents types de projets écologiques.


Il existe deux manières de compenser ses émissions. Soit on choisit de capter du CO2, soit on choisit d'aider à en émettre moins.

La deuxième possibilité consiste à investir dans des projets à impact environnemental positif. En général, les énergies renouvelables ou l'utilisation rationnelle de l'énergie (2). Remplacement d'énergies polluantes par des énergies décarbonnées, efficacité énergétique, mobilité douce... Ces projets prennent souvent vie dans des pays en développement. Ils s'accompagnent alors d'une dimension humanitaire et sociale (3)(4).


Pourquoi choisir de planter des arbres ?


La solution la plus simple de capter du carbone est... la forêt !


En effet, les arbres sont un merveilleux puits de carbone puisqu'ils captent naturellement du CO2 pour grandir. La compensation carbone forestière peut consister à planter des arbres, mais également protéger ou entretenir des forêts existantes.


Outre leur efficacité de captation, qui n'est plus à démontrer, les arbres ont de nombreux avantages. D'abord, c'est une solution peu coûteuse et surtout naturelle. Elle n'est pas basée sur les nouvelles technologies et ne nécessite pas de matières premières non renouvelables. Un capteur de CO2 simple et efficace.


Et ce n'est pas tout : les arbres ont également des bénéfices sociaux. Ils aident les populations locales en apportant des ressources naturelles (bois, fruits, plantes médicinales, etc.) et en régulant la température et l'humidité.


Enfin, les impacts environnementaux positifs sont multiples : entretien de la biodiversité, prévention de l'érosion des sols, irrigation des profondeurs par les racines, etc.


Voilà une solution de neutralité carbone qui permet de redonner espoir en un avenir viable, et même enviable !



Finalement, la compensation carbone est un outil efficace pour limiter le réchauffement climatique. Elle doit pour cela s’intégrer à une démarche globale de réduction de ses habitudes polluantes et émettrices de gaz à effet de serre.


© Rédigé par : Bérénice Bieuville - Oser Vert. https://oservert.fr/.


Sources (1)


https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/compensation-volontairedemarches-et-limites-7402.pdf

(2) https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/03/06/le-principe-decompensation-carbone-est-il-efficace_5432105_4355770.html

(3) https://co2solidaire.org/

(4) https://eco-act.com/fr/service/compensation-carbone-volontaire/


Pour aller plus loin:


http://www.info-compensation-carbone.com/ https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/compensation-volontairedemarches-et-limites-7402.pdf https://www.amisdelaterre.org/La-compensation-carbone-pour-les-nuls.html

0 vue
grandissons ensemble, suivez-nous sur les réseaux:
  • Facebook Social Icône
  • Icône social Instagram
  • LinkedIn Social Icône